Le crédit bancaire, principale source de financement des entreprises familiale

Suite à une étude menée en France, les entreprises familiales françaises préfèrent de loin financer leur développement en faisant appel aux banques. L’accès au crédit est certes de plus en plus dur à l’heure actuelle de la crise, mais cela n’empêche aucunement les entrepreneurs français de faire recours aux crédits bancaires selon le cabinet Price Waterhouse Coopers.

Le financement bancaire des entreprises

Toujours selon cette étude, 77% des entreprises familiales françaises considèrent que leurs banques sont de véritables partenaires pouvant s’adapter à leurs besoins et permettent de répondre aux différents besoins familiales en termes d’investissement et de développement de leur activité. Cette étude a été menée auprès de 270 dirigeants d’entreprises familiales possédant au moins le quart de la société par la famille du dirigeant ou par le dirigeant lui-même. Cette étude a été publiée en octobre 2012, et comme mentionné plus tôt, c’est plus de trois-quart des enquêtés considèrent que les crédits bancaires sont encore la principale source de financement, malgré la difficulté d’octroi de ceux-ci.

La principale raison de ce choix reste dans la détermination des propriétaires des entreprises familiales de garder et de sécuriser leur pouvoir de décision sur leurs sociétés. Grace au recours des banques, les entrepreneurs peuvent assurer un contrôle du capital de la société et minimiser la part du risque en ouvrant son capital aux autres actionnaires. En empruntant ainsi aux banques les sociétés familiales restent la propriété des familles et des dirigeants.

Les autres sources de financement des entreprises familiales

En deuxième position, les entreprises familiales préfèrent faire appel à l’autofinancement toujours par principe prudentiel. Le crédit-bail arrive ensuite en troisième position. Cette technique de financement des investissements permet également de garder le contrôle de la propriété de sa société.

L’entrée en Bourse est une autre source de financement, mais considérée comme la majorité des dirigeants de PME comme des financements dilutifs. En effet, bien que les financements par augmentation de capital soient plus attractifs, ceux-ci réduisent considérablement la part des dirigeants dans la société.